Projet européen : SeeMyLife - Holistic mixed approaches to capture the real life of children with Rare Eye Diseases

Coordination WP2 : David Le Breton et Aggée Célestin Lomo Myazhiom. Ingénieure de recherche : Valentine Gourinat

“Holistic mixed approaches to capture the real life of children with Rare Eye Diseases” (SeeMyLife) est un projet collaboratif transnational européen (EJP RD – European Joint Programme on Rare Diseases, EJP-RD transnational call 2021 awarded project©, programme Horizon Europe 2021-2027). C’est un projet sur les maladies oculaires rares (MRO) qui sont la principale cause de déficience visuelle grave/cécité (SVI/B) chez les enfants. Ce handicap sensoriel et la détresse psychologique qui l'accompagne ont un impact considérable sur la vie des enfants et de leurs familles.
SeeMyLife réunit une équipe multidisciplinaire de 6 pays de l'UE (Allemagne, Belgique, France, Italie, Lituanie et Pologne) pour recueillir des données sur l'expérience de ces enfants (8-12 ans et 13-17 ans), à partir de matériaux quantitatifs et qualitatifs.
L’enquête qualitative s’appuie sur des données recueillies à l’aide d’entretiens semi-directifs, de récits de vie, de focus-group et de l’observation de terrain auprès des jeunes déficients visuels, de leur famille et de leur réseau de sociabilité de proximité (voisins, collègues de travail, école, pratiques de loisirs, etc.) ainsi que de ressources institutionnelles et associatives.
L'analyse des données utilisera une stratégie intégrée de méthodes mixtes afin de fournir un outil transnational holistique sur la qualité de vie. En savoir plus

 

IdEx Attractivité : Scriptoralités. Par-delà oralité et écriture. Pratiques chamaniques et théoriques en perspective

Porteuse du projet : Aurélie Névot

Ce projet de recherche porte sur des chamanismes de Haute Asie dont l’analyse des pratiques interroge le couple conceptuel « oralité-écriture ». Il s’organise autour de deux axes : 1. Les discours les plus répandus dans les études sur le chamanisme mettent en avant la prépondérance de l’oralité, et au second plan les pratiques graphiques, l’écriture étant encore le plus souvent associée à une certaine fixité et à un processus d’institutionnalisation. Or, en Haute Asie, il existe des chamanismes qui n’envisagent pas les chants rituels sans leur versant complémentaire impliquant des écritures liées à la corporéité des chamanes et des non-humains qui communiquent entre eux par leur intermédiaire. Dans de tels contextes où une forme de « scriptoralité » est en jeu, le couple conceptuel « oralité-écriture » est inadéquat. 2. Les sciences humaines ont hérité de ce dualisme d’ancrage européen qui ne fait pas sens universellement. Il convient donc de l’interroger en revenant aux travaux en linguistique et en anthropologie qui ont hérité du « choix » épistémique platonicien opéré en Grèce ancienne entre la tradition platonicienne (établissant le dualisme oralité-écriture) et la tradition orphique (promouvant le chiasme oralité-écriture). Ce projet s’inscrit donc dans un débat beaucoup plus large sur la linguistique moderne et la littératie, réflexions qui concernent l’histoire, l’anthropologie, la sociologie, et la philosophie (épistémologique avec la sémiologie et la grammatologie). Evénement à venir

Idex Sciences en société et en territoire : L'Alsace, une terre de sport entre France et Allemagne

Coordination : Denis Jallat, Sébastien Stumpp, Cathy Blanc-Reibel
En partenariat avec l'Ina Grand-Est et la Bibliothèque Alsatique du Crédit Mutuel

Cette année, les « passions sportives » sont décuplées avec l’organisation en France de compétitions internationales majeures dont la Coupe du monde de rugby et les Jeux Olympiques de Paris, auxquels s’ajoutent tous les événements récurrents (Tour de France, Internationaux de France de tennis…).
Dans ce contexte, le projet IDEX Sciences en société et en territoire organise une série d’évènements (expositions, conférences dans des clubs sportifs, interventions dans des établissements scolaires) autour de l’histoire du sport alsacien.
Le but est de sensibiliser le grand public à la dimension historique et locale du sport. Les activités physiques ont en effet occupé une place centrale dans le quotidien des Alsaciens depuis les années 1850. Leur développement s’est nourri des grandes questions sociétales (politique, religieuse, sociale ou économique) qui ont animé le territoire régional. Les choix de pratiques, les événements sportifs ou encore les formes d’organisation associative ont été profondément influencés par le contexte local. Sait-on que le premier club français de gymnastique, dont les finalités sont patriotiques, se crée à Guebwiller en 1860 ? Que la fédération sportive catholique d’Alsace dépasse en nombre les autres groupements locaux au cours de l’entre-deux-guerres ? Que les piscines construites dans la région durant la première annexion allemande servent de modèles après 1918 pour développer la natation dans les grandes villes françaises ?
Conférence sur l'aviron

L’Histoire de l’Autre ? Mémoires et politiques mémorielles concernant la Reichsuniversität Strassburg de part et d’autre du Rhin (1941-2023)

Programme de formation-recherche du CIERA 2023-2025

Responsable : Jeanne Teboul

Installée en 1941 à Strasbourg par le régime nazi dans le contexte d’annexion de l’Alsace, l’Université du Reich a peiné à se faire une place dans l’historiographie contemporaine. A l’échelle alsacienne, le sort des « Malgré Nous » et l’image d’une terre d’entre-deux ont longtemps réduit l’histoire de cette institution (et de ses acteurs) au silence, la renvoyant de l’autre côté du Rhin. Il s’agissait de l’Histoire de l’« Autre », l’Université de Strasbourg s’étant repliée à Clermont-Ferrand dès 1939. Les travaux récents de la Commission sur la Faculté de médecine de la Reichsuniversität (2016-2022) ont renouvelé le regard porté sur cette institution, suscitant un réveil mémoriel de part et d’autre du Rhin. C’est dans cet espace franco-allemand très significatif que s’inscrit ce projet.

Reposant sur une étroite collaboration pluridisciplinaire entre une équipe française (Strasbourg) et une équipe allemande (Tübingen), ce programme vise un double objectif : 1) contribuer à la production de connaissances sur l’histoire de cette institution et les mémoires qu’elle suscite dans les sociétés française et allemande ; 2) former les étudiant.e.s de Master et Doctorat à la recherche à partir de sources, matériaux et outils méthodologiques pluridisciplinaires dans un contexte interculturel.

"Faire siens" les morts incertains. Matérialité, identité et affects dans la prise en charge des restes humains ambivalents en contexte post-violence

Programme ANR 2024-2026

Responsables : Clara Duterme et Jeanne Teboul

La mort est depuis longtemps objet des sciences sociales et la littérature récente a montré le caractère heuristique des questionnements portant sur le traitement des restes humains, en particulier dans les contextes contemporains post-violence de masse. Si les rôles de l’Etat et des proches ont déjà été étudiés, le projet vise à documenter les enjeux de la prise en charge des restes qui relèvent d’une responsabilité légale et morale équivoque et qui ont subi un destin qui brouille leur qualification en tant que restes humains (fragmentation, transformation, usages non-funéraires). L'objectif du projet est de documenter ce processus consistant à humaniser et "faire siens" des restes, dans leur dimension matérielle comme mémorielle. Pour cela, le projet s'appuie sur cinq études de cas, travaillées dans une perspective comparatiste et pluridisciplinaire : anthropologie, histoire, géographie. Ce programme ANR s'inscrit dans la continuité du projet soutenu par la MISHA en 2023, dans le cadre de l'appel à projets pluridisciplinaires. En savoir plus

Programme OSFOSAM « Outils de sensibilisation et de formation : santé en migration »

Financement de l’Institut Convergences Migrations. Département HEALTH
Coordinatrice : A. Pian (avec A.-C. Hoyez)

 Le projet « Outils de sensibilisation et de formation : santé en migration », porté par une équipe pluridisciplinaire (sociologues, épidémiologistes, géographes, médecins, sage-femme) a pour objectif de développer des outils ayant une double portée en termes de sensibilisation d’une part, et de formation d’autre part, sur les enjeux de la santé en migration. Il vise trois publics : les étudiants des filières médicales et médico-sociales, les professionnels de la santé, et les associations intervenant auprès du public migrant et plus largement en situation de vulnérabilité. La première étape du projet est structurée autour d’ateliers de réflexion participative sur les besoins et demandes en termes de sensibilisation et de formation sur la thématique migration/santé. Dans ce prolongement, la seconde étape donne lieu à la réalisation de capsules vidéos permettant, dans une perspective de science ouverte, de diffuser la transmission de savoirs et savoir-faire, en lien avec les enjeux de santé en migrations et plus largement les inégalités sociales de santé.

ANR-DFG La Désindustrialisation en Allemagne et en France: expériences et émotions des années 1960 jusqu’à nos jours : The Unmaking of the Working Class?  DesinEE

Responsable : Emmanuel Droit

Comment les liens sociaux et politiques se reconfigurent dans des régions touchées par la désindustrialisation, souvent perçues comme terrain de dépolitisation et de montée de l’extrême droite ? L’originalité du projet DesinEE - la désindustrialisation en Allemagne et en France : expériences et émotions des années 1960 jusqu’à nos jours - réside dans le croisement entre l’histoire des émotions et les expériences économiques, socio-politiques et culturelles des ouvriers. Une méthodologie commune permet d’appréhender des terrains différents par leur type d’industrie ou la structuration salariale, notamment genrée. En savoir plus

ANR TROC (Terrorists Reintegration in Open Custody / Réintégration sociale des terroristes (TIS/DCSR) en milieu ouvert)

Responsable : Nicolas Amadio
 
L'objectif de cette recherche est d'étudier les freins et leviers à la réinsertion sociale des détenus pour terrorisme islamiste et des détenus de droit commun susceptibles de radicalisation (TIS/DCSR) en milieu ouvert. L'étude est centrée sur la problématique des liens entre les dimensions individuelles et collectives de leur réinsertion sociale. Elle s'inscrit dans les études sur la désistance en explorant deux hypothèses : (1) les pratiques de réinsertion en milieu ouvert des TIS/DCSR nécessitent d'identifier les questions spécifiques liées aux ajustements des interprétations et attentes entre les principaux acteurs impliqués et les demandes sociétales ; (2) la résistance individuelle et l’impact des collectifs contre la radicalisation violente sont soutenus par des dynamiques collectives et individuelles. Nous collecterons des données qualitatives, et quantitatives, à partir des pratiques professionnelles des acteurs judiciaires et associatifs; des familles et des collectifs ; ainsi que de la trajectoire des TIS/DCSR. En savoir plus

Dans le sens de la marge : vie quotidienne et droits

Responsable : Jérôme Beauchez

Ce projet se situe à l’articulation des points de vue sur les marges, les formes de récit, les déviances et les conceptions du droit qui leur sont associées. L’ambition est celle d’une analyse culturelle capable d’aller dans le sens des expériences marginales. Loin d’être univoque, ce sens varie selon les regards et leurs perspectives. C’est au cœur de cette variation que se situe l’objet de cette enquête. Ses matériaux empiriques sont composés de récits d’expérience livrés par les membres de différents groupes marginalisés (à l’exemple des punks, des routards ou des squatteurs), ainsi que d’analyses des réactions sociales suscitées par ces formes de vie en marge. L’idée est donc d’observer les processus de marginalisation sous différents angles de vue : historique, ethno(bio)graphique ou encore juridique. Au-delà des études de cas, il s’agit également de poser les prémisses d’un programme de recherche plus vaste, lequel doit déboucher sur une conception des « études culturelles » aussi inédite qu’originale.
En savoir plus

Tensions éthiques et récits du Covid 19 en miroir. Étude pluridisciplinaire au lycée et en Ehpad (2022-2023)

Co-responsables : Nicoletta Diasio  et Anne Danion - UMR 7117, AHP- PReST

L’objectif de cette étude soutenue par le site d’appui alsacien de l’Espace Éthique Grand Est, est d’explorer la manière dont deux populations souvent opposées dans les débats publics - les élèves de lycée et leurs enseignants et des personnes résidentes en EHPAD et leurs soignant.e.s - ont été confrontées à des « frottements » éthiques lors de la pandémie de COVID 19 : entre liberté et contrainte, entre performance et accommodement aux limites imposées, entre peur et confiance. A travers ce retour réflexif et la mise en récit des souvenirs des deux confinements (printemps 2020 et automne-hiver 2020-2021), il s’agira alors de comprendre comment nos interlocutrices et interlocuteurs ont fait face à ces tensions et tiraillements.

Le traitement social et les systèmes de représentation du handicap en Haïti

Responsables : Aggée Célestin Lomo Myazhiom et Frédéric Reichhart

L’étude, structurée autour de la construction sociale du handicap en Haïti, ouvre la voie à un champ peu visité et traité, manquant de données scientifiques et d’études. Son objectif est d’analyser et de comprendre comment s’élaborent les représentations du handicap, et quels sont les fondements idéologiques et épistémologiques qui les sous-tendent. Dans une perspective qualitative (socio-anthropologie compréhensive), l’étude s’appuie sur des données recueillies à l’aide de récits de vie, de l’observation participante et d’entretiens semi-directifs auprès de personnes handicapées, de leur famille et de leur réseau de sociabilité de proximité (voisins, collègues de travail, école, pratiques de loisirs, etc.) ainsi que de ressources institutionnelles et associatives (institutions publiques, ONG, associations et autres). Privilégiant une démarche participative, elle mobilise des acteurs haïtiens de la société civile (à savoir des associations d’auto-support et des fédérations nationales œuvrant dans le champ du handicap), un acteur politique (le Bureau du Secrétaire d’État à l’intégration des personnes handicapées - BSEIPH) ainsi que des universités haïtiennes.
En savoir plus

IUF Senior Grandir avec une maladie chronique : vers une anthropologie de l’incertitude

Responsable : Nicoletta Diasio

Qu’est-ce que grandir avec une maladie chronique ? Comment se modifient le rapport  à soi et au corps qui change, les identifications d’âge et de genre, les relations avec les autres ? Jauger, encadrer, classer constituent le lot des spécialistes de l’enfance, mais qu’en est-il quand les enfants eux-mêmes doivent se mesurer, se contrôler, s’administrer des médicaments, interpréter leurs sensations suite à une affection de longue durée? Grâce à une recherche anthropologique auprès de jeunes de 9 à 19 ans atteints de diabète de type 1 ou du syndrome de Turner, nous poursuivrons notre réflexion sur le gouvernement de l’incertitude et sur les manières qu’ont les individus et les sociétés d’accompagner l’instabilité corporelle, l’imprédictibilité du temps, les passages biologiques et sociaux.
En savoir plus

IdEx « Attractivité » : Police, justice et homosexualités en France et en Allemagne après 1945

Responsable : Jérémie Gauthier

La recherche « Police, justice et homosexualités en France et en Allemagne après 1945 » analyse les évolutions du traitement de l’homosexualité par la police et la justice pénale en France et en Allemagne : quelle a été la nature de la répression des homosexuel.le.s et de leurs lieux de sociabilité ? Dans quelles conditions s’est réalisé le passage de la répression de l’homosexualité à celle de l’homophobie ? Quelle est la condition actuelle des policier.e.s LGBT+ ? Dans quelle mesure l’évolution du contrôle des sexualités a-t-elle reconfiguré les autres formes d’appartenances minoritaires (socioraciales et genrée) ? Fondée sur des recherches en archives, sur des entretiens et sur une analyse statistique des condamnations pénales, la recherche s’organise autour des trois axes suivants :
Axe 1 : Répressions pénale et policière de l’homosexualité de l’Après-guerre aux années 1980
Axe 2 : De la dépénalisation à la « lutte contre l’homophobie » à partir des années 1980
Axe 3 : Mobilisations, trajectoires et condition professionnelle des policiers et policières LGBT

 

Idex "Attractivité" : Faire « l’ombudsman » en France, en Autriche et en Allemagne. Une sociologie comparative de la justice administrative

Responsable : Axel Pohn-Weidinger

Sur fond d’une actualité sociale et politique où se posent avec une acuité renouvelée des questions de justice administrative, comme l’accessibilité ou la continuité des services publics, ce projet propose d’étudier, en France, en Autriche et en Allemagne, les interactions entre l’ombudsman (un organisme public chargé de traiter des plaintes concernant l’administration publique, dénommé Défenseur des droits en France) et les administré·e·s. Je m’intéresse aux trajectoires de production des plaintes, de leur formulation par les intéressé·e·s à leur traitement par l’ombudsman et ses services, pour comprendre la façon dont logiques biographiques, organisationnelles, juridiques et politiques agissent à l’intérieur de celles-ci. L’objectif du projet est d’analyser, de manière comparative, comment différentes conceptions de justice administrative émergent – ou non – de l’enchaînement d’actions qui constituent une plainte à l’ombudsman, en fonction de la structuration institutionnelle et historique des contextes enquêtés.

Idex "Attractivité" : PERSCILITT. La formation de la personnalité au prisme de la division sciences / lettres

Responsable : Rémi Sinthon

Dans nos sociétés, le capital culturel acquis en famille et à l’école façonne puissamment les manières d’être individuelles. Ce capital émane des institutions académiques, dont l’une des divisions les plus anciennes et structurantes est celle qui sépare les lettres des sciences. Ces constats, fermement établis, amènent à prévoir un véritable pouvoir socialisateur de cette division entre lettres et sciences, chez les individus qui y ont été exposés. Chercher à savoir à quel degré il existe bien à l’âge adulte – et hors du monde académique – des dispositions proprement littéraires et proprement scientifiques qui ne se réduisent pas à des dispositions genrées ou de classe, c’est donc non seulement combler un manque dans la connaissance des grandes structures historiques qui gouvernent les perceptions, les représentations et les conduites, mais également éprouver la force prédictive des sciences sociales à travers une hypothèse non encore vérifiée mais nettement suggérée par la théorie existante. C’est à ces tâches et à leurs implications que s’attèlent les membres de l’équipe PerSciLitt.